Représentations à venir

Oct
2
mar
À Nos Morts @ Espace K
Oct 2 @ 19 h 00 min – 21 h 00 min

Représentations du spectacle À Nos Morts, lors du Cycle Mémoriel de Transmission :

Mardi 2 octobre 2018 à 19h00 – Soirée inaugurale en présence des partenaires et officiels
Mercredi 3 octobre à 10h00 – représentation scolaire
Mercredi 3 octobre à 14h30 – représentation spéciale groupes et associations
Jeudi 4 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 20h00 – représentation tout public

Lieu : Espace K – 10 rue du Hohwald – 67000 Strasbourg

Durée : 1h20 / participation libre / réservations fortement recommandées : reservation@cie-memoires-vives.org / 09 54 55 21 67

En savoir plus sur le spectacle À Nos Morts : http://cie-memoires-vives.org/a-nos-mort

Oct
3
mer
À Nos Morts @ Espace K
Oct 3 @ 10 h 00 min – 11 h 20 min

Représentations du spectacle À Nos Morts, lors du Cycle Mémoriel de Transmission :

Mardi 2 octobre 2018 à 19h00 – Soirée inaugurale en présence des partenaires et officiels
Mercredi 3 octobre à 10h00 – représentation scolaire
Mercredi 3 octobre à 14h30 – représentation spéciale groupes et associations
Jeudi 4 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 20h00 – représentation tout public

Lieu : Espace K – 10 rue du Hohwald – 67000 Strasbourg

Durée : 1h20 / participation libre / réservations fortement recommandées : reservation@cie-memoires-vives.org / 09 54 55 21 67

En savoir plus sur le spectacle : http://cie-memoires-vives.org/a-nos-morts/

À Nos Morts @ Espace K
Oct 3 @ 14 h 30 min – 15 h 50 min

Représentations du spectacle À Nos Morts, lors du Cycle Mémoriel de Transmission :

Mardi 2 octobre 2018 à 19h00 – Soirée inaugurale en présence des partenaires et officiels
Mercredi 3 octobre à 10h00 – représentation scolaire
Mercredi 3 octobre à 14h30 – représentation spéciale groupes et associations
Jeudi 4 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 20h00 – représentation tout public

Lieu : Espace K – 10 rue du Hohwald – 67000 Strasbourg

Durée : 1h20 / participation libre / réservations fortement recommandées : reservation@cie-memoires-vives.org / 09 54 55 21 67

En savoir plus sur le spectacle À Nos Morts : http://cie-memoires-vives.org/a-nos-mort

Oct
4
jeu
À Nos Morts @ Espace K
Oct 4 @ 13 h 30 min – 14 h 50 min

Représentations du spectacle À Nos Morts, lors du Cycle Mémoriel de Transmission :

Mardi 2 octobre 2018 à 19h00 – Soirée inaugurale en présence des partenaires et officiels
Mercredi 3 octobre à 10h00 – représentation scolaire
Mercredi 3 octobre à 14h30 – représentation spéciale groupes et associations
Jeudi 4 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 20h00 – représentation tout public

Lieu : Espace K – 10 rue du Hohwald – 67000 Strasbourg

Durée : 1h20 / participation libre / réservations fortement recommandées : reservation@cie-memoires-vives.org / 09 54 55 21 67

En savoir plus sur le spectacle : http://cie-memoires-vives.org/a-nos-morts/

Oct
5
ven
À Nos Morts @ Espace K
Oct 5 @ 13 h 30 min – 14 h 50 min

Représentations du spectacle À Nos Morts, lors du Cycle Mémoriel de Transmission :

Mardi 2 octobre 2018 à 19h00 – Soirée inaugurale en présence des partenaires et officiels
Mercredi 3 octobre à 10h00 – représentation scolaire
Mercredi 3 octobre à 14h30 – représentation spéciale groupes et associations
Jeudi 4 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 20h00 – représentation tout public

Lieu : Espace K – 10 rue du Hohwald – 67000 Strasbourg

Durée : 1h20 / participation libre / réservations fortement recommandées : reservation@cie-memoires-vives.org / 09 54 55 21 67

En savoir plus sur le spectacle : http://cie-memoires-vives.org/a-nos-morts/

À Nos Morts @ Espace K
Oct 5 @ 20 h 00 min – 21 h 20 min

Représentations du spectacle À Nos Morts, lors du Cycle Mémoriel de Transmission :

Mardi 2 octobre 2018 à 19h00 – Soirée inaugurale en présence des partenaires et officiels
Mercredi 3 octobre à 10h00 – représentation scolaire
Mercredi 3 octobre à 14h30 – représentation spéciale groupes et associations
Jeudi 4 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 13h30 – représentation scolaire
Vendredi 8 octobre à 20h00 – représentation tout public

Lieu : Espace K – 10 rue du Hohwald – 67000 Strasbourg

Durée : 1h20 / participation libre / réservations fortement recommandées : reservation@cie-memoires-vives.org / 09 54 55 21 67

En savoir plus sur le spectacle À Nos Morts : http://cie-memoires-vives.org/a-nos-mort

Oct
16
mar
Pointu / Poilu @ Point d'Eau
Oct 16 @ 14 h 00 min – 15 h 00 min
Pointu / Poilu @ Point d'Eau

Représentation scolaire du spectacle Pointu / Poilu dans le cadre du Cycle Mémoriel consacré au Centenaire de la Première Guerre mondiale : Mardi 16 octobre 2018 à 14h00 au Point d’Eau
→ Contacter Isabelle Minery pour plus d’informations à i.minery@ostwald.fr

Première : Mardi 16 octobre 2018 à 20h00 au Point d’Eau
Billetterie en ligne ici

À propos du spectacle

Peut-on réellement mêler en vrac, l’assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo, le système bancal des alliances entre Etats (bipolarisation entre triple alliance et triple entente), la montée des nationalismes et la création de nouveaux pays au XXème siècle (Belgique, Italie, Allemagne,…), l’esprit de revanche des Français après 1871 et même parfois la nature humaine éternellement guerrière ? Si rien de cela n’est totalement faux, il serait intellectuellement plus juste de relier ces causes à un développement plus profond des sociétés européennes, au risque de ne rien comprendre ou de devoir s’en tenir à une sorte de fatalisme multiforme.

Entre rap et théâtre, burlesque et gravité, rires et larmes, silences et fracas, POILU/POINTU est un voyage dans les tranchées, les paysages et les visages lacérés, les espoirs et les désillusions d’une humanité sacrifiée sur l’autel de la gloire.
Deux personnages liés par l’Histoire et les rapports de domination : Mr Kapital, bonimenteur illusionniste et Mr Poilu-Pointu, outil de production et instrument de destruction, nous content ce que fût la Première Guerre mondiale, ses mythes et ses réalités…
Mr Kapital, homme en frac, bonimenteur illusionniste, voyage de ville en ville pour raconter la légende de « La Der des Der », qui d’ailleurs ne s’est appelée « Der des Der » qu’après, parce qu’avant personne n’était vraiment sûr que ce soit la dernière… à part lui bien sûr… sûr qu’elle n’ait pu, sûr qu’elle ne puisse être la dernière… Il raconte et montre une histoire mythifiée qu’il impose comme une vérité par la ruse et la séduction. Il donne à voir l’intime de la guerre à travers le destin de deux soldats… l’un français, l’autre allemand, Mr Poilu-Pointu , l’un et l’autre ne faisant qu’un. Soldat marionnette, ouvrier ou paysan, instituteur ou musicien, père de famille… deux humains, pareils, envoyés des deux côtés se jeter l’un contre l’autre…

En savoir plus : http://cie-memoires-vives.org/poilu-pointu/

Pointu / Poilu @ Point d'Eau
Oct 16 @ 20 h 00 min – 21 h 15 min
Pointu / Poilu @ Point d'Eau

Représentation scolaire du spectacle Pointu / Poilu dans le cadre du Cycle Mémoriel consacré au Centenaire de la Première Guerre mondiale : Mardi 16 octobre 2018 à 14h00 au Point d’Eau
→ Contacter Isabelle Minery pour plus d’informations à i.minery@ostwald.fr

Première : Mardi 16 octobre 2018 à 20h00 au Point d’Eau
→ Billetterie en ligne ici

À propos du spectacle

Peut-on réellement mêler en vrac, l’assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo, le système bancal des alliances entre Etats (bipolarisation entre triple alliance et triple entente), la montée des nationalismes et la création de nouveaux pays au XXème siècle (Belgique, Italie, Allemagne,…), l’esprit de revanche des Français après 1871 et même parfois la nature humaine éternellement guerrière ? Si rien de cela n’est totalement faux, il serait intellectuellement plus juste de relier ces causes à un développement plus profond des sociétés européennes, au risque de ne rien comprendre ou de devoir s’en tenir à une sorte de fatalisme multiforme.

Entre rap et théâtre, burlesque et gravité, rires et larmes, silences et fracas, POILU/POINTU est un voyage dans les tranchées, les paysages et les visages lacérés, les espoirs et les désillusions d’une humanité sacrifiée sur l’autel de la gloire.
Deux personnages liés par l’Histoire et les rapports de domination : Mr Kapital, bonimenteur illusionniste et Mr Poilu-Pointu, outil de production et instrument de destruction, nous content ce que fût la Première Guerre mondiale, ses mythes et ses réalités…
Mr Kapital, homme en frac, bonimenteur illusionniste, voyage de ville en ville pour raconter la légende de « La Der des Der », qui d’ailleurs ne s’est appelée « Der des Der » qu’après, parce qu’avant personne n’était vraiment sûr que ce soit la dernière… à part lui bien sûr… sûr qu’elle n’ait pu, sûr qu’elle ne puisse être la dernière… Il raconte et montre une histoire mythifiée qu’il impose comme une vérité par la ruse et la séduction. Il donne à voir l’intime de la guerre à travers le destin de deux soldats… l’un français, l’autre allemand, Mr Poilu-Pointu , l’un et l’autre ne faisant qu’un. Soldat marionnette, ouvrier ou paysan, instituteur ou musicien, père de famille… deux humains, pareils, envoyés des deux côtés se jeter l’un contre l’autre…

Oct
19
ven
Sous leurs cendres, nos braises @ Point d'Eau
Oct 19 @ 14 h 00 min – 15 h 30 min
Sous leurs cendres, nos braises @ Point d'Eau

Représentations du spectacle Sous leurs cendres, nos braises dans le cadre du Cycle Mémoriel consacré au Centenaire de la Première Guerre mondiale
Création octobre 2018, Pièce pluridisciplinaire

→ Contacter Isabelle Minery pour plus d’informations à i.minery@ostwald.fr

Première tout public : Vendredi 19 octobre 2018 à 20h00 au Point d’Eau (Ostwald) lors du Cycle Mémoriel de Transmission 14-18, à l’occasion des commémorations du centenaire 14-18

→ Billetterie en ligne ici

À propos du spectacle

À l’heure où l’ancien monde, moribond, agonisant, malade, use de ses derniers recours pour cacher et minimiser ses barbaries, ruse encore avec les principes et les valeurs universelles, un nouveau monde peine à naître. Sur les décombres passés et présents, il peine à fleurir. Et sous les cendres des guerres passées et présentes, il y a nos braises incandescentes, nos charbons ardents. Il y a nos feux dans la nuit.
Il y a nos corps en mouvement, nos voix libérées, nos mots scandés et chantés. Il y a nos notes de musique comme autant de gouttes de sang versées, comme autant de gouttes de pluie irrigants nos champs de ruines, nos chants de batailles. Il y a l’harmonie de nos instruments de vie. Et il y a nos parcours, nos œuvres… nos respirations pour que nous gardions vivantes les mémoires de nos voix étouffées…
C’est bien 14-18, ses horreurs, ses blessures profondes, ses cicatrices et leurs conséquences futures, ses infamies, ses gaz, sa mort industrielle de masse qui préfigurent et dessinent les contours de ce que sera 39-45, ses déportations, ses génocides. Comme 70 ans plus tard, les guerres d’Afrique ou du Moyen Orient feront naître les monstres et leurs bourreaux, les victimes innocentes et leurs souffrances, qui causeront les mêmes exodes et les mêmes situations d’urgences humanitaires.
Nous ne sommes que ceux parmi tant d’autres, les sombres héritiers de ceux qui nous ont précédés, les illustres anonymes, spectateurs des désastres passés et présents… descendants des sans-dents fracassés des guerres de 14-18 et de 39-45, des insoumis des anciennes et des perpétuelles colonies, des prisonniers des camps de rétention et de déportations, des enchaînés des champs de coton et de canne à sucre, des gueules noires et jaunes du fond des mines de charbon, de fer et de diamants… des victimes collatérales des guerres économiques et impérialistes d’hier et d’aujourd’hui.

SOUS LEURS CENDRES NOS BRAISES puise dans les œuvres d’auteurs et de compositeurs qui durant les guerres modernes, de la première à la dernière nous interpellent sur la condition humaine et l’état du monde. Ce monde qui s’abandonne presque sans broncher à la destruction et à la mort de toute chose. Ce monde qui malgré une technologie qui lui permette matériellement d’offrir à tous une vie digne, se perd dans une course mortifère, une compétition suicidaire, le rendant aveugle et sourd à l’humanité.

SOUS LEURS CENDRES NOS BRAISES est une aventure humaine et artistique qui au-delà des questions qu’elle pose et des cris qu’elle tente de faire entendre, se construit collectivement sur la rencontre, l’échange, le croisement des arts et des personnes.
Un projet qui réunit artistes en devenir, en cours de professionnalisation, parcours fragiles et précaires, carrières en chantier, parcours en construction, artistes en attente… Un projet de création pluridisciplinaire qui doit pouvoir les montrer au monde.


Distribution

Direction artistique et mise en scène : Yan GILG
Direction chorégraphique : Sébastien VELA LOPEZ (Cie MIRA)
Texte : Yan GILG, Germain MULLER
Danseurs : Sandra BIRCEA, Iliess PAYS, Yassine BERKIOUI, Ovsanna AVANYAN, Sihame BELKHADIR, Lory LORAC,
Cevat ALBAYRAK
Comédiens : Léa JEAN-THÉODORE, Karim MEDJAHED
Slameuse : Carine BLAQ
Lumières : Barthélémy SMALL
Son et Vidéo : Gwenaël GRAFF
Soutiens : DRAC Grand Est, Ville de Strasbourg, Point d’Eau, Fondation Abbé Pierre
Accueil en résidence : Point d’Eau et Fabrique de théâtre

Sous leurs cendres, nos braises @ Point d'Eau
Oct 19 @ 20 h 00 min – 21 h 30 min
Sous leurs cendres, nos braises @ Point d'Eau

Création octobre 2018, Pièce pluridisciplinaire

Première tout public : Vendredi 19 octobre 2018 à 20h00 au Point d’Eau (Ostwald) lors du Cycle Mémoriel de Transmission 14-18, à l’occasion des commémorations du centenaire 14-18

→ Billetterie en ligne ici

Représentations du spectacle Sous leurs cendres, nos braises dans le cadre du Cycle Mémoriel consacré au Centenaire de la Première Guerre mondiale

À propos du spectacle

À l’heure où l’ancien monde, moribond, agonisant, malade, use de ses derniers recours pour cacher et minimiser ses barbaries, ruse encore avec les principes et les valeurs universelles, un nouveau monde peine à naître. Sur les décombres passés et présents, il peine à fleurir. Et sous les cendres des guerres passées et présentes, il y a nos braises incandescentes, nos charbons ardents. Il y a nos feux dans la nuit.
Il y a nos corps en mouvement, nos voix libérées, nos mots scandés et chantés. Il y a nos notes de musique comme autant de gouttes de sang versées, comme autant de gouttes de pluie irrigants nos champs de ruines, nos chants de batailles. Il y a l’harmonie de nos instruments de vie. Et il y a nos parcours, nos œuvres… nos respirations pour que nous gardions vivantes les mémoires de nos voix étouffées…
C’est bien 14-18, ses horreurs, ses blessures profondes, ses cicatrices et leurs conséquences futures, ses infamies, ses gaz, sa mort industrielle de masse qui préfigurent et dessinent les contours de ce que sera 39-45, ses déportations, ses génocides. Comme 70 ans plus tard, les guerres d’Afrique ou du Moyen Orient feront naître les monstres et leurs bourreaux, les victimes innocentes et leurs souffrances, qui causeront les mêmes exodes et les mêmes situations d’urgences humanitaires.
Nous ne sommes que ceux parmi tant d’autres, les sombres héritiers de ceux qui nous ont précédés, les illustres anonymes, spectateurs des désastres passés et présents… descendants des sans-dents fracassés des guerres de 14-18 et de 39-45, des insoumis des anciennes et des perpétuelles colonies, des prisonniers des camps de rétention et de déportations, des enchaînés des champs de coton et de canne à sucre, des gueules noires et jaunes du fond des mines de charbon, de fer et de diamants… des victimes collatérales des guerres économiques et impérialistes d’hier et d’aujourd’hui.

SOUS LEURS CENDRES NOS BRAISES puise dans les œuvres d’auteurs et de compositeurs qui durant les guerres modernes, de la première à la dernière nous interpellent sur la condition humaine et l’état du monde. Ce monde qui s’abandonne presque sans broncher à la destruction et à la mort de toute chose. Ce monde qui malgré une technologie qui lui permette matériellement d’offrir à tous une vie digne, se perd dans une course mortifère, une compétition suicidaire, le rendant aveugle et sourd à l’humanité.

SOUS LEURS CENDRES NOS BRAISES est une aventure humaine et artistique qui au-delà des questions qu’elle pose et des cris qu’elle tente de faire entendre, se construit collectivement sur la rencontre, l’échange, le croisement des arts et des personnes.
Un projet qui réunit artistes en devenir, en cours de professionnalisation, parcours fragiles et précaires, carrières en chantier, parcours en construction, artistes en attente… Un projet de création pluridisciplinaire qui doit pouvoir les montrer au monde.


Distribution

Direction artistique et mise en scène : Yan GILG
Direction chorégraphique : Sébastien VELA LOPEZ (Cie MIRA)
Textes : Yan GILG, Germaine MULLER
Danseurs : Sandra BIRCEA, Iliess PAYS, Yassine BERKIOUI, Ovsanna AVANYAN, Sihame BELKHADIR, Lory LORAC,
Cevat ALBAYRAK
Comédiens : Léa JEAN-THÉODORE, Karim MEDJAHED
Slameuse : Carine BLAQ
Lumières : Barthélémy SMALL
Son et Vidéo : Gwenaël GRAFF
Soutiens : DRAC Grand Est, Ville de Strasbourg, Point d’Eau, Fondation Abbé Pierre
Accueil en résidence : Point d’Eau et Fabrique de théâtre

Nov
16
ven
À Nos Morts @ Espace Culturel Gérard Philipe
Nov 16 @ 20 h 30 min – 22 h 00 min

À NOS MORTS…
Vendredi 30 novembre 2018 à 20h30 à l’Espace Culturel Gérard Philipe à FEIGNIES

Hip-hop et théâtre urbain – Création Février 2007

Ils étaient de tous les combats… Ils étaient des centaines de milliers… en 14-18… en 39-45… Que sait-on vraiment de ces hommes et femmes, de leur courage, de leur sacrifice ? Combien de pages dans les livres d’histoire, d’images dans nos mémoires ?

À Nos Morts… retrace une partie de cette histoire que l’histoire a oubliée…

À Nos Morts… un fragment d’histoire… Celle de ses soldats, sénégalais, maliens, ivoiriens, burkinabés, malgaches, marocains, algériens, tunisiens, indochinois, antillais, camerounais, tchadiens,… « indigènes », requis ou engagés volontaires. De la « boucherie » du Chemin des Dames en 17 et ses sacrifiés de Craonne au parcours héroïque d’Hady Bah, tirailleur guinéen devenu chef d’un réseau de résistants en 41.

À Nos Morts… remet en perspective le sacrifice de ces soldats des colonies.

À Nos Morts… raconte aussi le groupe Manouchian et les dizaines de nationalités, de toutes confessions qui se sont engagées dans les nombreux réseaux de la Résistance.

À Nos Morts… nous parle enfin de ces femmes, ouvrières, résistantes, soldates. Les arts hip-hop réunis pour un devoir de mémoire en hommages aux tirailleurs, aux résistants étrangers, aux femmes,… à celles et ceux à qui nous devons aussi une part de ce que nous sommes.

Une création où la puissance du verbe, l’engagement des corps, la force des images servent une mise en scène innovante, esthétique et émouvante.

Distribution

  • Mise en scène et musiques : Yan GILG
  • Création chorégraphique collective : Mickaël STOLL, Christophe ROSER, Yassine ALLOUACHE
  • Avec : Maeva HEITZ, Séverine MAYIMA, Yan GILG, Hugo ROTH, Marino VANNA, Yassine ALLOUACHE, Joël OSSAFO BROWN, Oskar WAGNER
  • Danseurs-interprètes et chorégraphes : Yassine ALLOUACHE, Joël OSSAFO BROWN, Oskar WAGNER, Marino VANNA
  • Montage vidéo : Yan GILG, Gwenaël GRAFF, Mustapha EL GUEZOULI, Christophe ROSER
  • Création lumière : Fabrice CROUZET, Laure ZURCHER
  • Production : Compagnie Mémoires Vives
  • Coproductions : Les Sons d’La Rue, Initiatives d’Artistes en Danses Urbaines (Caisse des dépôts, Fondation de France, Parc de la Villette), Espace Culturel de Vendenheim, l’Illiade.
  • Soutiens : DRAC Alsace, Conseil Général du Bas-Rhin, Ville de Strasbourg, Région Alsace, l’ACSé Alsace, la SPEDIDAM

 

Récompense et labels

Spectacle récompensé en 2008 par le prix d’initiative laïque décerné par la MAIF, le CASDEN et la MGEN, et la même année, labellisé «Année Européenne du Dialogue interculturel» par la Commission européenne.
Cycle commémoratif autour du spectacle A NOS MORTS… labellisé “Centenaire de la guerre 14-18” par la Région Alsace et “Action mémorielle de transmission” par la Mission du Centenaire, au niveau national.

 

Déc
7
ven
À Nos Morts @ Grand Théâtre National de Dakar
Déc 7 @ 21 h 00 min – 22 h 20 min

À NOS MORTS…
Vendredi 7 décembre 2018 au Grand Théâtre de Dakar à 21h00

Hip-hop et théâtre urbain – Création Février 2007

Ils étaient de tous les combats… Ils étaient des centaines de milliers… en 14-18… en 39-45… Que sait-on vraiment de ces hommes et femmes, de leur courage, de leur sacrifice ? Combien de pages dans les livres d’histoire, d’images dans nos mémoires ?

À Nos Morts… retrace une partie de cette histoire que l’histoire a oubliée…

À Nos Morts… un fragment d’histoire… Celle de ses soldats, sénégalais, maliens, ivoiriens, burkinabés, malgaches, marocains, algériens, tunisiens, indochinois, antillais, camerounais, tchadiens,… « indigènes », requis ou engagés volontaires. De la « boucherie » du Chemin des Dames en 17 et ses sacrifiés de Craonne au parcours héroïque d’Hady Bah, tirailleur guinéen devenu chef d’un réseau de résistants en 41.

À Nos Morts… remet en perspective le sacrifice de ces soldats des colonies.

À Nos Morts… raconte aussi le groupe Manouchian et les dizaines de nationalités, de toutes confessions qui se sont engagées dans les nombreux réseaux de la Résistance.

À Nos Morts… nous parle enfin de ces femmes, ouvrières, résistantes, soldates. Les arts hip-hop réunis pour un devoir de mémoire en hommages aux tirailleurs, aux résistants étrangers, aux femmes,… à celles et ceux à qui nous devons aussi une part de ce que nous sommes.

Une création où la puissance du verbe, l’engagement des corps, la force des images servent une mise en scène innovante, esthétique et émouvante.

Distribution

  • Mise en scène et musiques : Yan GILG
  • Création chorégraphique collective : Mickaël STOLL, Christophe ROSER, Yassine ALLOUACHE
  • Avec : Maeva HEITZ, Séverine MAYIMA, Yan GILG, Hugo ROTH, Marino VANNA, Yassine ALLOUACHE, Joël OSSAFO BROWN, Oskar WAGNER
  • Danseurs-interprètes et chorégraphes : Yassine ALLOUACHE, Joël OSSAFO BROWN, Oskar WAGNER, Marino VANNA
  • Montage vidéo : Yan GILG, Gwenaël GRAFF, Mustapha EL GUEZOULI, Christophe ROSER
  • Création lumière : Fabrice CROUZET, Laure ZURCHER
  • Production : Compagnie Mémoires Vives
  • Coproductions : Les Sons d’La Rue, Initiatives d’Artistes en Danses Urbaines (Caisse des dépôts, Fondation de France, Parc de la Villette), Espace Culturel de Vendenheim, l’Illiade.
  • Soutiens : DRAC Alsace, Conseil Général du Bas-Rhin, Ville de Strasbourg, Région Alsace, l’ACSé Alsace, la SPEDIDAM

 

Récompense et labels

Spectacle récompensé en 2008 par le prix d’initiative laïque décerné par la MAIF, le CASDEN et la MGEN, et la même année, labellisé «Année Européenne du Dialogue interculturel» par la Commission européenne.
Cycle commémoratif autour du spectacle A NOS MORTS… labellisé “Centenaire de la guerre 14-18” par la Région Alsace et “Action mémorielle de transmission” par la Mission du Centenaire, au niveau national.

 

Déc
8
sam
Les Raisons d’un Retour au Pays Natal @ Institut français de Dakar
Déc 8 @ 20 h 30 min – 21 h 45 min
LES RAISONS D’UN RETOUR AU PAYS NATAL

Samedi 8 décembre 2018 à 20h30 à l’Institut Français de Dakar

À propos du spectacle
Duo théâtral – Création Octobre 2015 – durée 1h10

Deux jeunes « sans-papiers » se retrouvent par le hasard de la météo et d’une traversée hasardeuse de la Méditerranée sur une plage du Sud de la France. Ils ne se connaissent pas, ne partagent pas entièrement la même histoire, la même trajectoire, la même filiation mais le même rêve : celui d’une vie nouvelle dans un Eldorado fantasmé.

L’un, joué par PAT, est Sénégalais, jeune diplômé de la classe moyenne, sans perspective d’embauche, qui veut compléter ses études supérieures en Europe et rêve de changer le destin de l’Afrique. L’autre, joué par NINW, est Comorien, fils d’un paysan déshérité, qui veut faire fortune et racheter la dignité de sa famille qui croupit dans un bidonville de Moroni.

Leur amitié va se construire au fil du chemin tortueux et chaotique, les entraînant dans les méandres de l’administration, les couloirs des hôpitaux civils et des foyers d’immigrés. Situations rocambolesques, quiproquos, intimités, disputes et réconciliations, discussions philosophiques, rencontres impromptues vont rythmer ce parcours initiatique.

Vont-ils réussir ou échouer, s’échouer une fois encore ? Vont-ils rester ou partir ?


DISTRIBUTION
  • Dramaturgie et mise en scène : Yan GILG
  • Textes : Mohamed Nour MHOUMADI, Issa YOUM, Yan GILG
  • Avec : PAT’ et NINW
  • Création lumière : Neils DOUCET
  • Régie Générale et lumière : Felix DOULLAY
  • Régie son et vidéo : Benjamin PIAT
  • Production : Compagnie Mémoires Vives
  • Coproduction : APECB (Association de Promotion de l’Espace Culturel Busserine), ECB (Espace Culturel Busserine)
  • Soutiens : Région PACA, DRJSCS PACA, DRAC PACA (dispositif Identité Parcours et Mémoires), DDCS Bouchesdu-Rhône, Fondation Abbé Pierre et Association ALAFOU
Les Raisons d’un Retour au Pays Natal @ Institut Français de Dakar
Déc 8 @ 21 h 00 min – 22 h 15 min
LES RAISONS D’UN RETOUR AU PAYS NATAL
1er décembre 2018 à l’Institut Français de Dakar (horaires à venir…)
À propos du spectacle
Duo théâtral – Création Octobre 2015

Deux jeunes « sans-papiers » se retrouvent par le hasard de la météo et d’une traversée hasardeuse de la Méditerranée sur une plage du Sud de la France. Ils ne se connaissent pas, ne partagent pas entièrement la même histoire, la même trajectoire, la même filiation mais le même rêve : celui d’une vie nouvelle dans un Eldorado fantasmé.

L’un, joué par PAT, est Sénégalais, jeune diplômé de la classe moyenne, sans perspective d’embauche, qui veut compléter ses études supérieures en Europe et rêve de changer le destin de l’Afrique. L’autre, joué par NINW, est Comorien, fils d’un paysan déshérité, qui veut faire fortune et racheter la dignité de sa famille qui croupit dans un bidonville de Moroni.

Leur amitié va se construire au fil du chemin tortueux et chaotique, les entraînant dans les méandres de l’administration, les couloirs des hôpitaux civils et des foyers d’immigrés. Situations rocambolesques, quiproquos, intimités, disputes et réconciliations, discussions philosophiques, rencontres impromptues vont rythmer ce parcours initiatique.

Vont-ils réussir ou échouer, s’échouer une fois encore ? Vont-ils rester ou partir ?


DISTRIBUTION

Dramaturgie et mise en scène : Yan GILG

Textes : Mohamed Nour MHOUMADI, Issa YOUM, Yan GILG

Avec : PAT’ et NINW

Création lumière : Neils DOUCET

Régie Générale et lumière : Felix DOULLAY

Régie son et vidéo : Benjamin PIAT

Production : Compagnie Mémoires Vives

Coproduction : APECB (Association de Promotion de l’Espace Culturel Busserine), ECB (Espace Culturel Busserine)

Soutiens : Région PACA, DRJSCS PACA, DRAC PACA (dispositif Identité Parcours et Mémoires), DDCS Bouchesdu-Rhône, Fondation Abbé Pierre et Association ALAFOU

Déc
14
ven
Un Récital aux Enfers @ Relais Culturel Haguenau
Déc 14 Jour entier
Un Récital aux Enfers @ Relais Culturel Haguenau
UN RÉCITAL AUX ENFERS

Vendredi 14 décembre 2018 (horaires et réservations à venir)

Pièce Pluridisciplinaire (chant, théâtre et danse) – Création Octobre 2017

Un Récital aux Enfers, inspirée de l’œuvre originale de Germaine TILLION Le Verfügbar aux Enfers – une opérette à Ravensbrück, met en scène six femmes-matricules emprisonnées dans un huis clos intemporel au fonctionnement concentrationnaire. Leur seule faute commune est d’avoir été différentes : dans leurs actes, leurs paroles, leurs luttes, leurs idées, leurs genres.
Elles sont noires, elles sont blanches : une fois enfermées, long sera le combat pour transcender leurs propres différences. Réunies ensemble malgré-elles autour d’un curieux projet, la mise en abîme des clivages injustes et des postures raciales les poussera jusqu’à reproduire parfois des schémas qui dehors, leurs paraissaient si évidemment inégaux.

La machine concentrationnaire broie les différences, saccage, mâche et recrache l’être humain. Dans ce contexte, Un Récital aux Enfers donne à réfléchir sur ce qui le définit et ce qui le fait tenir debout, quand il est opprimé et nié dans son essence. Flanquées de leurs couleurs, de leurs douleurs et de leurs voix, ces attachantes lunatiques prouvent que ce pourrait bien être un fou-rire. Un rire fou.


Informations :

A partir de 15ans 
Durée : 1h15

En savoir plus ici